Partager

Bugatti « Grand Sport » Type 55

Code 0603, Roadster, 1934

Pourquoi est-ce un incontournable ?

Ce véhicule peut atteindre les 180 km/h réels et est capable d’accélérations foudroyantes. Pour parachever son œuvre et habiller ce châssis d’exception, Jean Bugatti dessine une carrosserie dont les longues ailes semblent tracées d’un seul coup de crayon. Aujourd’hui encore, elle est considérée comme l’une des plus belles du monde.

Espace chefs-d'oeuvre

Le type 55 incarne une avancée supplémentaire vers l’automobile de rêve, mariant les qualités d’une très grande sportive et une élégance irréprochable. Jean Bugatti, fils d’Ettore, imagine donc pour une clientèle amatrice de voitures grandes routières à très hautes performances, une authentique voiture de grand sport, fondée sur les éléments de la « Grand Prix », mais quelque peu assagie de manière à la rendre fiable et agréable.

 

En effet, l’ensemble est surbaissée et les volumes rejetés vers l’arrière, dégageant ainsi une impression de vitesse. Sur la version originale était visible une savante découpe des deux tons de laques très contrastés.

 

L’exemplaire code 0601, longtemps utilisé aux Etats-Unis, représente la version originale. Un coupé de même technique est également produit à la même époque et est aujourd’hui présenté dans le Musée. En effet, la Cité de l’Automobile peut présenter une sélection exceptionnelle de ce modèle Bugatti, roadster et coupé, aujourd’hui d’une très grande rareté, et considéré par les collectionneurs comme un joyau inaccessible. 

En détail

Les roues en aluminium coulé des types 55 possédaient des ailettes orientées à droite ou à gauche selon le côté de la voiture. Il fallait donc emporter deux roues de secours.

Le saviez-vous ?

Avec la transparence des ailes avant découvrant largement la mécanique Bugatti et les roues Grand Prix en alliage léger, le roadster type 55 semblait un fauve prêt à bondir et qui bondissait effectivement dans un bruit inimitable.