Partager

Renault Type 40CV

Code 2212, landaulet, 1924

Pourquoi est-ce une incontournable? 

Avec la 40CV, Renault entre dans une nouvelle catégorie et concurrence désormais les marques les plus prestigieuses, avec un châssis de plus de 5 mètres de longs et de plus de deux tonnes. La Renault 40CV  est sans conteste l’une des versions les plus connues de la 40Cv, le modèle est le plus abouti et tient facilement la comparaison avec les Rolls-Royce, Hispano-Suiza et autres marques de luxe contemporaines.

Espace chefs-d'oeuvre

L’image de constructeur généraliste attachée à Renault n’a jamais permis à la marque de conquérir une clientèle attirée par les voitures de luxe. Aussi, dès 1908, le constructeur Louis Renault couronne sa gamme par un châssis de grand luxe, très puissant, avec moteur de forte cylindrée correspondant à une puissance de 35, puis 40 CV.

 

Ce landaulet est construit sur un châssis que Renault a produit pendant une vingtaine d’années à partir de 1908 : le NM 40 CV. Véhicule haut de gamme des années 20, le type NN soutient pourtant la comparaison avec les Rolls Royce Silver Ghost et autres Hispano Suiza H6. Un gros moteur de plus de 9 litres, souple et silencieux, entraîne cette luxueuse voiture à 110 km/h. Son châssis interminable est souvent proposé par les carrossiers de renom comme Labourdette ou Kellner afin de réaliser de somptueux coupés ou landaulets, à l’image de ce modèle aux finitions particulièrement soignées.

 

En 1926, un châssis NM spécialement préparé et carrossé de façon ultralégère, avec le moteur poussé à 200 CV, bat le record du monde des 24 heures du Mans à 174 km/h de moyenne.

En détail

La voiture présentée dispose d’un habitacle découvrable façon landaulet, grâce à une capote et un équipement semi-fixe de séparation chauffeur.

Le saviez-vous ?

Cette très impressionnante automobile fut, pendant de longues années, la voiture officielle de l’Elysée.  Depuis l’aube de l’automobile, les chefs d’Etat ont eu à leur disposition un parc de véhicules censé refléter la qualité de la production nationale, lorsqu’une telle industrie existe.